Ecran Total 2014 : « Circulez il y a tant à voir ! »

Écran Total , l’hebdomadaire des professionnels du cinéma, de l’audiovisuel et de la musique, a fait paraitre un sur le SEDPA dans son numéro 1015, du 22 octobre 2014 : « Circulez il y a tant à voir ! », programmes audiovisuels, le distributeur : vecteur qualifié.


Les distributeurs indépendants membres du SEDPA (Syndicat des Entreprises Distributrices de Programmes Audiovisuels) représentent plus de 40 sociétés actives dans le documentaire, le programme court, le spectacle vivant, le format, l’animation et la fiction. Une majorité de ces programmes est de production française ou européenne.

Distributeur audiovisuel, quelle réalité?

La raison d’être, la mission essentielle de nos sociétés est la commercialisation de nos programmes audiovisuels pour le compte des producteurs et au profit de tous les ayants droit. Le distributeur indépendant est donc par essence générateur de valeurs et contribue significativement à la croissance de notre industrie de l’image tant en France qu’à l’étranger.
La distribution constitue, en soi, un métier à part entière, complémentaire de la production et bien entendu de la diffusion.
En amont de la production, le distributeur peut intervenir à deux niveaux. Il assure un rôle de veille internationale et de capteur de tendances qu’il relaye au producteur. Il intervient, le cas échéant, dès le plan de financement par le biais de minima garantis ou de préventes et participe ainsi directement à la mise en production du programme.
En aval de la production, le distributeur conçoit, en concertation avec le producteur, une stratégie marketing afin de promouvoir ses programmes. Il développe, bien sûr, de par son expertise, une action commerciale en France et à l’international prenant en compte spécificités territoriales et multiplicité des acteurs.

Distributeur indépendant : une triple fonction

1/ Le rayonnement dans le monde de notre industrie audiovisuelle
Tout récemment encore, peu de pays exportaient leur production nationale. La donne commerciale se trouve considérablement bouleversée par le développement de nouveaux acteurs tels notamment, la Corée du sud, la Scandinavie, la Turquie, Israël ou encore l’Argentine. Dans ce contexte de plus en plus concurrentiel, nos distributeurs sont plus que jamais les opérateurs idoines de l’exportation des programmes. À cet égard, le concours du CNC et de TVFI s’avère précieux, et nous ne pouvons que, tous ensemble, nous féliciter de l’augmentation de 8% de nos exportations de programmes audiovisuels en 2013.
2/ Optimisation des recettes
Le distributeur fait fructifier au mieux les programmes, en France et à l’international, afin que le producteur puisse rentabiliser ses productions, lui assurant ainsi des remontées de recettes indispensables. Ces retours sur investissement, permettront au producteur de financer le développement de nouveaux programmes et au distributeur d’abonder son catalogue en programmes inédits. Ce faisant, le distributeur fait fructifier notre patrimoine audiovisuel au bénéfice de toute la chaine de création : producteurs délégués, coproducteurs (y compris les diffuseurs), auteurs et autres ayants droit.
3/ Circulation des programmes
En France plus spécifiquement, le distributeur indépendant contribue à la circulation des programmes sur tous les supports, au prix du marché actualisé. La fluidité des droits permet notamment aux diffuseurs non adossés à des grands groupes hertziens historiques d’acquérir des programmes auxquels ils n’auraient pas accès et ainsi de respecter leurs obligations.

Enjeux, mutations et perspectives

Etant donné la variété des programmes, les fluctuations du marché, l’émergence de nouveaux supports, il est indispensable que le producteur délégué choisisse, en toute liberté, l’opérateur commercial le plus qualifié et le mieux disant.
De même, lorsque le producteur délégué a conclu un accord-cadre avec un distributeur ou si, intégrant les enjeux de l’export, il a créé une filiale ou un département de distribution il doit rester maitre de l’octroi des mandats de distribution.
Notre industrie est, actuellement, bouleversée par la multiplicité des écrans et des supports, et par l’avènement de la délinéarisation des programmes. Les distributeurs y sont confrontés quotidiennement. Il est indispensable que nous unissions nos forces pour faire en sorte que ces changements offrent de réels relais de croissance et que la crise que nous vivons fasse place à une période de renouveau.
Depuis plusieurs mois nous travaillons avec les différentes organisations professionnelles afin de proposer, en matière de circulation de programmes, des positions communes équilibrées et harmonieuses dans l’intérêt de tous les métiers du secteur audiovisuel.
Le distributeur indépendant est par essence, fonction et nature le trait d’union entre les producteurs et les diffuseurs, étant alternativement et interactivement l’allié et le partenaire de l’un et de l’autre dans une perspective de cercle vertueux.
Le distributeur indépendant est un maillon stratégique de la filière image, qui permet au producteur de faire son cœur de métier sereinement, tout en lui permettant de voir son patrimoine valorisé et optimisé pour le bénéfice de tous les ayants droit de notre filière.
À cet effet, nous travaillons à organiser une action de sensibilisation aux nécessités de prendre en compte le rôle du distributeur comme un des maillons reconnu de notre chaine de valeurs.

2017-07-18T18:23:22+00:00